Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publicationsS'abonner

Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, je n'en ferai bien entendu aucun usage commercial.

Un repas Zéro Déchet pour 50 personnes

Ca se passait il y a quelques semaines, et c'était dans ma "boîte"

Zéro Déchet
Illustration du billet Un repas Zéro Déchet pour 50 personnes
Source : Camille-se-lance

Comme vous (ne) le savez peut-être (pas), le Zéro Déchet est à la base une démarche plutôt individuelle, liée à des pratiques de consommation quotidiennes, engagées par des individus qui se sentent concernés par ce sujet. Il y a plusieurs façons d'envisager la "réussite" d'une telle démarche.

  • On peut être optimiste et penser que la théorie du colibri, petit oiseau "dérisoire" de par sa taille, ça fonctionne. On se dit alors que chaque petit geste individuel compte, et que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
  • On peut aussi se dire que ces gestes individuels, c'est bien, mais ce n'est pas ça qui fait avancer le schmilblick. Que tant que les grandes industries, les états, n'ont pas agis et/ou légiféré, rien ne pourra avancer. Et que le petit Colibri qui fait sa part, c'est bien beau, mais clairement, ce n'est pas assez.

Pour ma part, je pense que l'un ne va pas sans l'autre (oui, j'aime bien être démago et satisfaire tout le monde !). Je pense qu'un mouvement large, partant de "la base", avec un impact rapide mais modéré, peut tout à fait déclencher ou rencontrer un mouvement "par le haut" plus lent mais plus efficient. Dans l'idée du "tout seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin", vous voyez ? Bon, j'ai l'impression de faire de la philosophie de bas étage, alors laissez-moi vous raconter ce qui s'est passé dans mon entreprise il y a quelques semaines. Nous avons en effet eu droit à un repas Zéro Déchet organisé pour 50 personnes, et même si je n'en suis pas l'initiatrice, je ne peux pas m'empêcher d'en revendiquer un peu la maternité :-)

Dans mon entreprise, il y a des trucs supers : Notre patron est attentif aux questions environnementales et budgétaires et nous rappelle régulièrement de bien penser à éteindre les ordis, clims et autres lumières en partant le soir. Nous avons des bacs jaunes de recyclage dans chaque bureau. Notre Directrice Générale est très sensible à ces questions et cela fait un moment qu'elle suit mes péripéties Zéro Déchet et que nous en discutons entre deux portes. Bon, il y a des trucs moins supers, comme l'arrivée d'une machine à café/friandises suremballées et bonbonne à eau dans l'entrée qui me fait (intérieurement) hurler quand je vois les collègues prendre 15 gobelets en plastique dans la journée. Je passe pour l'écolo de service (je signe d'ailleurs souvent mes mails internes ainsi) mais je reste quand même relativement discrète sur le sujet (promis, je ne suis pas derrière chacun de mes collègues à chaque gobelet jeté à la poubelle). 

Régulièrement, notre direction organise des repas d'entreprise. A une époque, nous faisions cela au restaurant, mais comme nous sommes maintenant plus de 50, nous organisons cela dans le hall de l'entreprise. On fait de grandes tablées, les services se mélangent, on papote, bref, on passe un moment tous ensemble. Un été, nous avons fait un repas sur le thème "pizzas". Le repas suivant, c'était un méchoui. Le suivant, c'était des sushis... 

Et là, c'est le drame. les sushis, j'adore ça, mais alors... Voir débarquer des dizaines et des dizaines et des dizaines de barquettes plastiques, ça m'a un peu coupé l'appétit, j'avoue. J'avais bien essayé d'appeler la société qui nous livrait pour savoir si on pouvait leur ramener les barquettes, mais non. Ma DG a bien vu ma mine déconfite à la fin du repas à la vue des 3 ou 4 poubelles remplies à ras bord, et on s'était dit qu'on tâcherait de faire mieux la prochaine fois.

Et ils l'ont fait ! Pour notre dernier repas en date, le choix s'est porté sur un repas "couscous". Nous avons reçu un mail quelques jours avant, demandant à tous les employés de ramener leur vaisselle (assiette, couverts) et tout le monde a joué le jeu. Des verres (à pied siou plaît) lavables et donc réutilisables ont été achetés pour tout le monde. Le jour J, nous avons été livrés dans quatre grandes marmites en inox pour le couscous, la viande et la semoule.

Une fois le repas terminé, chacun a remporté sa vaisselle, les marmites ont été rendues à la société qui nous a fourni le repas. Nous étions quelques-uns à avoir prévu nos tupperwares pour emmener les restes et j'avais prévu quelques bocaux supplémentaires au cas où. Les restes ont été redistribués, ainsi que le pain restant et le jus de pomme local (en bouteille en verre) qui restait. Résultat : aucun gaspillage alimentaire !! Ma DG avait même amené une nappe lavable, des louches et autres petits ustensiles bien pratiques. 

Au final, nous avons généré, pour plus de 50 personnes, les déchets suivants :

  • deux grandes barquettes en alu pour les merguez et leur couvercle en carton
  • un peu de film alimentaire qui servait à couvrir les marmites
  • 3 petites barquettes en plastique pour la sauce épicée

Voilà, de ma petite action individuelle, qui est remontée aux oreilles d'une direction sensible, qui a pris des mesures pour faire "redescendre" le Zéro Déchet vers tous les employés, la boucle est bouclée. Qu'on ne vienne pas me dire que la méthode du petit colibri, ça ne marche pas ! Et ce jour-là, je peux vous dire que j'étais sacrément fière de bosser là !! 

comments powered by Disqus

@CamilleSeLance Instagram