Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publicationsS'abonner

Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, je n'en ferai bien entendu aucun usage commercial.

On a visité notre centre de tri

Et c'était passionnant !

Lu, vu ailleurs
Illustration du billet On a visité notre centre de tri
Source : camille-se-lance

J'ai beau être consciencieuse, je me retrouve régulièrement devant ma poubelle de tri, un emballage à la main, me demandant : "mais alors, ça se recycle ça, ou pas ?". Nous avons donc décidé de prendre le taureau par les cornes déchet par le bon bout et d'aller chercher l'information à la source. Nous avons en effet la chance d'avoir un centre de tri proposant régulièrement des visites au public, alors autant en profiter ! Cette visite était vraiment passionnante, je trépigne d'impatience depuis hier soir pour vous écrire ce nouveau billet ! C'est parti pour un mini reportage au milieu de nos déchets !!

Petit mot de mise en garde

En fonction des territoires, chaque centre de tri a ses propres machines et donc ses propres consignes de tri. Ce que je vais donc vous présenter concerne uniquement l'agglomération de Tours. Néanmoins, vous y trouverez sans doute des informations d'ordre plus général qui vous intéresseront. Si le sujet vous parle, je ne peux que vous conseiller de visiter votre propre centre de tri si vous en avez la chance...

En introduction

Le centre de tri de l'agglomération propose des visites depuis 4 ans. Au départ, ils faisaient une visite tous les trimestres. Puis 2 par trimestre, puis une par mois. Ils en sont maintenant à deux visites par mois, preuve que le sujet intéresse de plus en plus. Ce centre ne s'occupe que des déchets recyclables (c'est-à-dire les poubelles jaunes) de Tour(s)Plus, soit 22 communes au total. Le but de ce centre de tri est de séparer les déchets selon les matières pour ensuite les expédier vers des usines de recyclage qui produiront de nouveaux objets. Ils ne recyclent donc rien, ils "se contentent" de trier. Ce tri se fait de deux façons :

  • de façon mécanique
  • de façon manuelle, avec des "valoristes", les employés qui trient. Ces valoristes sont au nombre de 32 personnes, réparties en deux équipes de 16. Ils se situent en bout de chaîne du tri : ils effectuent des "contrôles qualités", c'est-à-dire qu'ils sont là pour vérifier et affiner le tri effectué par les machines.

Ce qui se recycle

Nous étions un groupe d'une quinzaine de personnes et les questions ont fusé lorsque nous avons abordé la question. Il y a des grandes familles que nous commençons à bien connaître, mais comme la langue française, le tout est truffé d'exceptions :-)

On recycle :

  • Le métal (acier et aluminium) : les conserves (pas besoin de les laver), les aérosols, les barquettes alimentaires (type emballages de brownies, etc.), les capsules de bière (elles sont petites, mais seront attirées par un aimant au moment du tri)
  • Les briques alimentaires (lait, crème, etc.)
  • Les cartons et les papiers (journaux, prospectus) de taille suffisamment grande (plus de 5 cm), non souillés, et non emballés dans un film (magazines). Les enveloppes avec volets en plastique. Les cahiers à spirales, les classeurs (même avec la partie métallique qui sera triée à part)
  • Les plastiques. Ici, on ne recycle que trois types de plastiques :
    • les bouteilles (eau, lait, etc. en gros, tout ce qui porte un bouchon). Les bouchons de bouteille doivent être vissés aux bouteilles, sinon ils ont une taille trop petite et ne pourront pas être traités
    • les sacs de courses 
    • les films entourant les packs de bouteilles d'eau

On ne recycle pas :

  • les cartons et papiers souillés (cartons de pizza notamment. même si vous raclez la nourriture, le gars gras aura imbibé le papier, c'est foutu)
  • les étiquettes des légumes (colle), les étiquettes des vêtements (trop petites)
  • les films autour des magazines
  • les barquettes plastique en tout genre (pots de yaourts, barquettes de fruits, de viennoiseries, etc.)
  • La vaisselle jetable
  • le polystyrène
  • les opercules de lait (trop petits) ainsi que les feuilles de cuisson aluminium, pour la même raison
  • les bombes de peinture (toxique)
  • les plaquettes de médicament

C'était ici notre première grosse surprise. On s'est rendu compte que l'on mettait encore beaucoup de plastique "dur" au recyclage qui en fait n'avait rien à y faire. Emballage de roquefort, barquettes diverses et variées, pots de yaourts, etc. Dans ma tête, je me disais en gros "plastique dur = recyclage, plastique mou = poubelle", eh bien pas du tout. Pour faire simple, il suffit de se demander "est-ce que c'est une bouteille ? Un sac de course ? Un emballage de packs de bouteilles ?" Si la réponse est non, c'est poubelle normale. Heureusement, dans notre démarche Zéro Déchet, nous n'avons déjà plus ni bouteilles d'eau, encore moins emballées, ni sacs de courses. Mais du coup, on peut se dire que dès qu'on achète un emballage en plastique, il partira quasi à coup sûr dans les déchets ménagers non recyclables. Cela va nous pousser à porter encore plus d'attention à ce point (si c'est encore possible :-))

Notre deuxième grosse surprise a été de se rendre compte que la taille de nos déchets avait une importance capitale pour le tri. Ainsi, tout ce qui est plus petit qu'une grille de 5 cm de côté ne sera tout simplement pas trié mais repartira directement à la poubelle ! Ainsi, les tickets de caisse roulés en boule, les feuilles d'aluminium froissées, les bouchons de bouteille en plastique, les étiquettes de vêtements, tout partira dans les déchets normaux ! 

Il n'est pas possible de mettre les consignes de tri directement sur les emballages car les industriels n'ont aucune idée de l'endroit où le produit sera vendu, consommé, puis jeté. Et comme les consignes changent d'un territoire à un autre, c'est fichu. A ce sujet, vous l'aurez peut-être remarqué, certains emballages comportent des consignes de tri. Ces consignes sont en fait ajoutées par eco-emballage (vous savez, le petit point vert), et peuvent donc, selon les endroits, s'avérer fausses. Il faut donc toujours se fier d'abord aux consignes de tri de VOTRE centre de tri.

Dans tous les cas, si on a un doute, il vaut mieux mettre l'emballage en question dans la poubelle normale (poubelle grise) car cela coûte de l'énergie à trier et à rejeter. Au mieux vous allez recycler une quantité finalement assez négligeable, au pire, vous faites faire "un tour" pour rien à vos déchets qui passeront d'abord par le centre de tri, vont "parasiter" inutilement la chaîne, vont coûter plus chers à traiter, et feront le double de transports entre le centre de tri et le centre d'enfouissement, tout ça pour rien...

Au total, 85% des déchets arrivant au centre de tri sont effectivement valorisables. Les 15% restants sont des erreurs qui repartiront dans la poubelle normale. C'est dans la moyenne nationale.

Le cycle des déchets de leur arrivée à leur départ du centre

50 camions bennes tournent en permanence sur les 22 communes de l'agglomération pour récolter environ 20 000 tonnes de déchets recyclables par an (chaque camion-benne transporte entre 4,5 et 5 tonnes de déchets). Arrivés au centre de tri, ces camions déchargent leur chargement sur un énorme tas, le vrac. Un petit tracto-pelle, le manitou, fait ensuite des va-et-vient pour emmener régulièrement les déchets en vrac vers un gros entonnoir, la trémie. Les déchets sont ensuite envoyés via un tapis convoyeur vers le tromel. Ce tromel expédie dans la chaîne de tri environ 6 tonnes de déchets par heure. C'est un long cylindre percé de trous de 20 centimètres de diamètres qui permet de faire un premier gros tri entre les gros et les petits déchets :

  • Les gros déchets, ou grosses fractions, seront triées manuellement
  • Les petits déchets, ou petites fractions tombent sur une table vibrante qui décompacte les déchets pour un meilleur tri par la suite

Ces petites fractions passent ensuite au crible balistique. Dans cette partie, les déchets "sautent" et se dissocient en trois :

  • Les corps creux : bouteilles, cannettes, briques
  • Les corps plats : papiers, cartons
  • Les fines : tous les déchets de moins de 5 centimètres de diamètre, qui repartent à la poubelle normale

Un aimant permet également de dissocier l'acier du reste.

Encore une surprise à ce niveau là : Pour que les corps creux soient bien séparés des corps plats et éviter que des bouteilles en plastique aplaties se retrouvent par erreur avec les corps plats en papier, il faut éviter de compacter vos emballages (bouteilles et briques) dans votre poubelle. Eviter également de les emboîter (ne pas mettre une bouteille en plastique dans une conserve, vous gagnez de la place dans votre poubelle mais faites perdre du temps ou générez des erreurs au moment du tri).

Les corps plats passent ensuite dans un analyseur optique infra-rouge. Grâce à la diffraction de la lumière renvoyée par les objets passant sur le tapis, cet analyseur va "expulser" grâce à des jets d'air les déchets vers des tapis différents. Cela permet d'affiner le tri entre le carton et les autres matières (bouteilles compactées et donc prises à tort pour des corps plats).

Les corps creux quant à eux passent également dans un analyseur optique, très précis qui permet de trier les éléments en trois familles :

  • Les plastiques opaques (bouteilles de lait, etc.)
  • Les plastiques transparents (bouteille d'eau)
  • L'aluminium et les briques alimentaires

Chaque "famille" est ensuite de nouveau séparée en trois familles (soit 9 familles de corps creux au final) : l'aluminium est séparé des briques alimentaires, les bouteilles transparentes incolores (eau minérale) sont séparées des bouteilles d'eau transparentes teintées (badoit), etc. 

Ces 9 familles sont ensuite stockées dans des silos de stockage. Ce tri est fiable à 95-98%. Pour finir d'affiner le tout, les déchets passent une dernière fois sur le tapis, pour un contrôle qualité entre les mains des valoristes qui "récupèrent" donc les 2 à 5% d'erreurs des machines. Les matières sont ensuite "poussées" vers une presse à balles qui compacte les déchets en balles distinctes selon les 9 grandes familles de matières finales.

En conclusion

Ces balles ne sont plus des déchets, mais de la matière première à nouveau. Elles seront vendues par le centre de tri aux recycleurs, qui eux-même recyclent et revendent la matière aux industriels qui s'en servent pour un nouvel usage. Le coût de la collecte des déchets est de 28 millions par an. La vente des balles de matière en rapporte 4,5 millions...

Le papier sera envoyé à une papeterie, le carton à une cartonnerie, etc. Les déchets sont recyclés uniquement par des entreprises françaises (c'est une volonté de Tour(s)Plus, ce n'est pas le cas partout). Les refus (erreurs de tri) sont envoyés à des cimentiers et vont leur servir de combustible (pots, barquettes), le reste (tissus, déchets organiques, etc.) sera enfoui.

Les centres d'enfouissements (poubelles grises) ne sont pas juste des gros trous creusés dans la terre dans lesquels on balance nos ordures. Ils sont en fait constitués de gros "casiers" souples et résistants aux mouvements de terrain, et surtout complètement imperméables, dans lesquels on va venir confiner nos déchets. Pour la fermentation des déchets organiques, le gaz est capté et acheminé vers un moteur qui produit de l'électricité qui est ensuite réinjecté dans le réseau EDF (attention, c'est ici du biogaz, pas de l'énergie issue de la biomasse). Dans notre département, nous enfouissons car nous avons la place. Les sites d'enfouissement actuels ont une capacité d'accueil de 20 à 30 ans. Dans les régions où la place est chère, les déchets sont incinérés. Les liquides présents au fond des casiers sont pompés, "nettoyés" et réinjectés dans les casiers. 

Concernant le recyclage, les plastiques sont broyés et fondus, tout comme le verre. Une fois fondus, ils passent dans un bain de nettoyage. Idem pour le métal. Concernant le papier, on le met dans des cuves pleines d'eau, puis on filtre le tout pour récupérer la pulpe de papier. Dernière (bonne) surprise : le plastique est actuellement recyclé dans un cycle "bottle to bottle" : une bouteille en plastique peut donc être recyclée plusieurs fois (avec toutefois de la perte de matière à chaque recyclage), contrairement à d'autres cycles où le plastique (bouteille recyclée en polaire par exemple) ne servira qu'une seule fois (la polaire va à la poubelle normale et est enfouie).

Voilà, j'espère vous avoir fait vivre un peu de mon enthousiasme à suivre cette visite et que cela vous aura apporté des infos et du grain à moudre dans votre réflexion :-)

comments powered by Disqus

@CamilleSeLance Instagram