Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publicationsS'abonner

Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, je n'en ferai bien entendu aucun usage commercial.

Je vais bien ne t'en fais pas

RAS au pays des lombrics

Maison
Illustration du billet Je vais bien ne t'en fais pas
source : camille-se-lance

En mars 2016, nous nous sommes lancés dans l'aventure du lombricomposteur, histoire de nourrir des vers plutôt que des incinérateurs. En cette saison hivernale, celui-ci est un peu au ralenti.

D'une part, nous mangeons moins de fruits puisque nous souhaitons au maximum manger local et de saison. Ce qui nous laisse grosso modo... des pommes et des poires... Et comme on achète nos fruits bio, on ne se prive pas de les manger avec la peau !

C'est aussi la saison des légumes d'hiver et mis à part les épluchures de pommes de terre, on cuisine quand même une bonne partie de ces derniers. Même les fanes et autres trognons passent en soupes, en gratins ou en tartes.

En plus, notre lombricomposteur se trouve sous un escalier, dans une pièce qui nous sert de sas d'entrée et qui n'est donc pas chauffée. Du coup, les lombrics hibernent un peu. On ne les dérange pas trop, mais ils sont là, tranquilles pépères. Pour un peu, je leur parlerai presque lorsque je vais les voir... "Alors les gars, ça va, ça digère ? Tranquilou bilou ?".

Je fais bien attention à leur donner environ 30% d'apport en matière carbonnée (papier, carton), je leur donne mes épluchures, mes (rares) mouchoirs en papier, mes cheveux (ça, je sais pas si je peux ou pas, mais ils ne m'ont jamais rien dit), mes coquilles d'oeuf. Je fais attention à ne pas leur imposer les peaux d'agrumes ni les pelures d'oignons et autres chutes de poireaux qui les feraient fuir. Bref, on peut dire que je suis aux petits soins pour eux !

Faut dire qu'on a tissé un lien de confiance eux et moi. Je leur donne à manger, ils me font disparaître un bon tiers de ma poubelle comme par magie. Grâce à eux, je peux garder ma poubelle dans la cuisine des mois sans qu'elle ne sente. Grâce à eux, je pourrais récupérer un bon compost fertile... un jour (oui, il faut vous avouer que depuis mars 2016, on n'a encore rien récupéré !). A vrai dire, sans eux, je ne serais rien (ou presque) dans ma démarche Zéro Déchet vous comprenez...

Merci les ptits gars, continuez comme ça !

comments powered by Disqus