Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publicationsS'abonner

Je souhaite être informé(e) de tes prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, je n'en ferai bien entendu aucun usage commercial.

No Impact Man

Un autre bel exemple de personne qui s'implique et partage son expérience

Lu, vu ailleurs
Illustration du billet No Impact Man
Source : unsplash.com

Je suis en train de lire le livre No Impact Man de Colin Beavan, qui s'est donné comme défi  de réduire au maximum son empreinte environnementale pendant un an, tout en vivant avec femme et enfant en plein coeur de Manhattan. En voici un petit extrait qui m'a fait sourire car il y véhicule une idée sur les français assez... Je vous laisse découvrir :-) 

"J'ai accompli mes premiers pas dans l'univers des produits frais avec un idéal en tête, pas si éloigné de ce qu'on peut voir sur les marchés des villages du Sud de la France, mais aussi dans les petits commerces des quartiers résidentiels de Paris. Des produits frais exposés sur des étals en bois. Pas une seule denrée présentée sur une barquette, dans une boîte en carton, ou emballée dans de l'alu. Au pire, le boulanger, le ventre ceint d'un tablier rouge et blanc, vous enveloppe votre part de quiche dans du papier sulfurisé. Des baguettes pas même protégées par un film transparent dépassent des cabas au bras de dames très chic. Des salades, des saucissons et des pêches en équilibre précaire dans des paniers de bicyclette. Des aliments que l'on rapporte à la maison sans papier ni plastique. Sans emballage. Et, si vous n'avez pas de cabas à provision réutilisable et que vous réclamez un sac en plastique, le commerçant vous regarde de travers et vous propose l'un des cartons dans lesquels sont arrivées les livraisons du matin.

J'ai vu des Parisiens mettre leurs courses dans des sacs en toile, dans des sacs à dos, dans des paniers en osier, ou dans ce qu'ils appellent des filets, des trucs qui se roulent en boule et que l'on n'a qu'à sortir de sa poche pour rapporter les provisions à la maison. J'étais obsédé par les sacs jetables. Il fallait à tout prix que je cesse d'en utiliser. J'allais m'inspirer des Français, un modèle qui me convenait parfaitement car les Français sont des gens très classe."

Ah ben ! Si j'avais su qu'il était aussi facile de faire ses courses sans emballage ! Pour le moment, j'ai plutôt l'impression que les commerçants me regardent de travers quand j'insiste pour ne pas avoir d'emballage, mais bon, écoutez...

Source : Colin Beavan - No Impact Man - Editions 10/18 - mars 2011, 310 p.
 

comments powered by Disqus